UNITE NATIONALE CITOYENNE
Vous êtes ici : Accueil » Libres propos » Le fédéralisme européen s’accélère

Le fédéralisme européen s’accélère


agrandir

La crise sanitaire en cours nous a démontré l’absence de souveraineté industrielle et d’indépendance de notre nation. Elle nous a aussi démontré que notre système de santé, ayant subi depuis plusieurs années une politique sévère, est d’une nécessité vitale.

Pourtant le danger est réel.

L’accord début avril sur le Mécanisme Européen de Stabilité (MES – institution financière dirigée par l’Allemand Klaus Regling) entraînera une politique d’austérité sur laquelle les Français devront payer, avec davantage de ponction étatique, l’irresponsabilité et l’inconséquence de notre gouvernement. Celle-ci pourrait mettre la France sous tutelle (souvenez-vous de l’exemple grec devant vendre son patrimoine pour éponger sa dette).
Ce danger s’accroît depuis l’allocution du Président Macron à la sortie de la commission européenne du 23 avril. Sentant l’UE et sa politique néolibérale en péril, il a mis en avant la solidarité européenne. Une fausse solidarité puisque, si l’Allemagne se sert de l’Europe pour défendre ses propres intérêts, elle a refusé d’être solidaire vis-à-vis de la dette des pays de l’Europe du Sud.
La souveraineté européenne n’existe pas, du moins elle ne vaut que pour la propre survie de l’Union Européenne.

Le discours du Président Macron est une accélération évidente du processus vers un fédéralisme européen, qui nuit à chaque État-nation, sa souveraineté nationale (industrielle, populaire, alimentaire, institutionnelle…) et aux démocraties. Des propos confirmés lors d’une interview parue le 16 avril dans le « Financial Times » où Emmanuel Macron défend la dépendance des nations vis-à-vis de la BCE et de l’UE.

Ne voyez donc aucune fraternité pour protéger notre concitoyens, la souveraineté européenne étant une forfaiture. La survie de notre nation repose sur son indépendance, sa souveraineté économique et sociale (à renouer à travers par exemple le protectionnisme). Il n’y qu’une seule solidarité qui vaille, la solidarité nationale.

Non à l’Europe fédérale d’oppression, oui à l’Europe confédérale, celle des nations et des coopérations. Si Emmanuel Macron évoque un gouvernement d’union nationale, le seul qui vaille, pour 2022, est celui qui naîtra de l’union des souverainistes. Avec par exemple Mesdames Polony, Pina, Messieurs Aubert, Philippot, Dupont-Aignan, Chevènement, Montebourg, Poisson, Hureaux, Onfray, Kuzmanovic… A condition de le vouloir.

Il en va de la continuité de la nation face au projet de Macron ; comme le rappelait le responsable du mouvement "France Bonapartiste" à la suite du discours du 23 avril, notre Président de la République se rend coupable de haute trahison.

Ludovic DEMATHIEU


Facebook Twitter Google Plus Linkedin email


"La démocratie, c'est le gouvernement du peuple exerçant la souveraineté sans entrave"
Général de Gaulle

"A force de vouloir se passer des Nations, on finira par se passer des peuples"
Philippe de Villiers

"Dire qu'il faut transmettre les valeurs de la République, c'est trop faible : il faut transmettre l'amour de la France."
Jean-Pierre Chevènement

"On commence à parler de populisme lorsque les peuples votent autrement que le souhaiteraient les élites."
Hubert Védrine



Autres citations...



Rejoignez-nous ! Vos adhésions, dons ou actions sont vitales





Contactez-nous



Recevez nos infolettres




Nos partenaires



Découvrez-nous !
"Notre engagement politique plonge ses racines dans notre amour de la France..."




Dernière vidéo sur notre chaîne Youtube


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
twitter facebook youtube



Votre contact local


Planning de l'UNC

Rechercher