UNITE NATIONALE CITOYENNE
Vous êtes ici : Accueil » Jamet le dimanche ! » A LA RECHERCHE DU VOTE PERDU

A LA RECHERCHE DU VOTE PERDU


agrandir

Chronique de Dominique Jamet...

Dimanche prochain, 26 mai, d’ici à quatre jours au moment où j’écris ces lignes, des millions d’électeurs de sensibilité et de conviction souverainistes, ces millions de Français qui, sous l’invocation lointaine du général de Gaulle, dans la ligne de Philippe Séguin et de Jean-Pierre Chevènement, patriotes, républicains, attachés à la cohésion nationale, soucieux de justice sociale, rejettent la soumission, la sujétion, la diminution, l’aliénation et finalement la dilution de leur pays dans la grande marmite du mondialisme matérialiste, auront le choix entre trois listes (1) qui assurent partager et représenter, avec leurs idées, la « cause du peuple ».

Trois listes…On aimerait voir dans cette pluralité une preuve de vitalité, le signe éclatant d’un retour à ces fondamentaux que sont l’Etat, la nation, la démocratie. Il s’agit bien de cela. Trois listes, si l’on est réaliste, si l’on est sérieux, si l’on tire la leçon de sondages qui, de quelque institut qu’ils procèdent, vont tous dans le même sens depuis deux mois, c’est deux listes de trop. C’est un luxe, dans l’état actuel de l’opinion, que notre camp ne pouvait et ne devait pas se permettre. C’est l’assurance d’une défaite qu’un minimum de bon sens, qu’un minimum d’abnégation, qu’un minimum de cohérence pouvait nous éviter. C’est une faute technique, politique et morale, alors que le mode de scrutin retenu pour les élections européennes nous offrait une occasion qui ne se représentera pas de sitôt.

Respectivement créditées de 4%, de 2% et de 1% des intentions de vote, les trois listes en question, unies, dépassaient non seulement avec un total de 7% le seuil fatidique en dessous duquel le coût de la campagne est remboursé mais franchissaient allègrement la barre des 5% en dessous de laquelle on n’a pas d’élus. On peut même légitimement penser que l’union de ces trois listes aurait entraîné une dynamique leur permettant de dépasser ensemble la simple addition de leurs forces.
On sait qu’il n’en a rien été. Comme les Curiaces de l’histoire romaine, les trois listes iront en ordre dispersé à la bataille, et donc à la défaite. La présomption et les subtiles manœuvres de celui-ci, la mégalomanie sectaire, l’arrogance suicidaire de celui-là – à quoi bon les nommer, nous les reconnaissons, ils se reconnaîtront - les ont conduits, en faisant cavalier seul, en refusant hautainement tout rapprochement, toute alliance, à gâcher leurs propres chances, à aller droit dans le mur contre lequel se fracassera dimanche, avec leurs ambitions, les efforts et les espoirs de tant de militants et de sympathisants, leur crédibilité. Nous nous en souviendrons. Voter dimanche pour l’une de ces trois listes, comme nous serons malgré tout nombreux à le faire, c’est donc, hélas, émettre un vote inutile. Chacun connaît pourtant la fable du scorpion et de la grenouille.

Cette brillante tactique assure au Rassemblement national et à la France insoumise l’exclusivité de la représentation eurosceptique au Parlement de Strasbourg et Bruxelles. Elle fait reculer vers un horizon perdu dans les brumes la seule union qui vaille, qui n’est pas plus l’union des droites que l’union des gauches mais l’union nationale à laquelle nous aspirons.

La force de nos idées, l’urgence du sursaut, l’évidence dramatique de notre déclin, sont pourtant telles, nous nous obstinons à le croire, qu’elles amèneront invinciblement tous ceux qui portent ces idées, qui souhaitent ce sursaut, qui veulent le salut public, à dépasser les vaines querelles et les anciens clivages pour faire prévaloir l’intérêt général qui est d’abord l’intérêt national. Quelques-uns, ces dernières semaines, ont déjà franchi le pas et montré la voie. Pour les autres, ils vérifieront, s’ils ne viennent pas à résipiscence, que la rime la plus riche au mot « groupuscule » est le mot « crépuscule ». En attendant, que de temps et que de votes perdus !

(1) Sans compter quelques listes, marginales, qui ne sont prises en compte dans aucune enquête d’opinion.


Facebook Twitter Google Plus Linkedin email

Dans la même rubrique

5 octobre – ROUEN, LA DEFIANCE ET LE MEPRIS

24 septembre – MIGRANTS ET MIGRATIONS

29 mai – Après la bataille

28 avril – E.N.A. : MAIS OU SONT PASSES LES HUSSARDS GRIS ?

7 janvier – CE N’EST QU’UN DEBUT



"La démocratie, c'est le gouvernement du peuple exerçant la souveraineté sans entrave"
Général de Gaulle

"A force de vouloir se passer des Nations, on finira par se passer des peuples"
Philippe de Villiers

"Dire qu'il faut transmettre les valeurs de la République, c'est trop faible : il faut transmettre l'amour de la France."
Jean-Pierre Chevènement

"On commence à parler de populisme lorsque les peuples votent autrement que le souhaiteraient les élites."
Hubert Védrine



Autres citations...



Rejoignez-nous ! Vos adhésions, dons ou actions sont vitales





Contactez-nous



Recevez nos infolettres




Nos partenaires



Découvrez-nous !
"Notre engagement politique plonge ses racines dans notre amour de la France..."




Dernière vidéo sur notre chaîne Youtube


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
twitter facebook youtube



Votre contact local


Planning de l'UNC

Rechercher