UNITE NATIONALE CITOYENNE
Vous êtes ici : Accueil » Libres propos » La précarisation du service public

La précarisation du service public


agrandir

Notre précédent article sur ce sujet mentionnait la disparition progressive du service public. Celui-ci la confirme.

Les experts du Comité d’Action Publique 2022 (CAP22), chargés par le gouvernement de plancher sur une réforme de l’Etat, des Collectivités et de la Sécurité Sociale, développent le nouveau modèle du fonctionnariat.

Après la privatisation cachée de la SNCF, la vente de nos fleurons, le RIFSEEP creusant les inégalités, la baisse des moyens pour l’hôpital public, le dépeçage des communes, la privatisation des contrôles routiers et de certaines verbalisations (illégitime du fait du devoir de sécurité publique de l’Etat et de la nécessité d’être assermenté), le CAP22 pencherait vers des CDD de 5 à 10 ans pour certaines fonctions pourtant régaliennes (Police, Education Nationale) et 2 à 3 ans pour la fonction publique Territoriale. La remise en cause du statut de fonctionnaire est totale, entraînant davantage de recrutement de contractuels ou de passations de marchés publics.

En parallèle à cette instabilité, de nouvelles compétences de l’Etat seraient décentralisées vers les collectivités territoriales. Or, certaines dotations sont déjà revues à la baisse.

L’Etat n’a pas compris que défendre le service public, c’est défendre la proximité et l’égalité citoyennes sur l’ensemble de la nation. Alors que le conflit de la SNCF ne faiblit pas et que les syndicats ont appelé à la grève toute la fonction publique le 22 mai, le chaos social ne va faire qu’enfler.

Ludovic DEMATHIEU


Facebook Twitter Google Plus Linkedin email