UNITE NATIONALE CITOYENNE
Vous êtes ici : Accueil » Jamet le dimanche ! » 2022 : L’OUTSIDER

2022 : L’OUTSIDER


agrandir

Chronique de Dominique JAMET...

Macron contre Le Pen, Le Pen contre Macron… A un peu plus d’un an du second tour de l’élection présidentielle, tel est le scénario d’un « remake » sur lequel s’accordent encore la quasi-totalité des acteurs, des commentateurs et des augures professionnels d’une vie politique que la pandémie en cours a figée dans une trompeuse immobilité. La seule différence, qui n’est pas insignifiante, que ces divers spécialistes envisagent par rapport au scrutin de 2017 résiderait dans le fait que la victoire du président sortant sur sa concurrente ne lui serait pas automatiquement assurée en 2022.

Or, cette deuxième manche, présentée comme inéluctable, d’un duel qui opposerait les mêmes protagonistes qu’il y a quatre ans, les Français, dans leur très grande majorité, n’en veulent pas et jusqu’à plus ample informé, c’est à eux, c’est aux électeurs, c’est aux citoyens qu’il appartient de faire en sorte que l’histoire ne nous repasse pas les plats mal réchauffés d’une confrontation qu’ils ne souhaitent pas voir se reproduire. Qu’en est-il, pour autant que l’on puisse se risquer au jeu hasardeux des pronostics, alors que l’équation française, par ces temps difficiles et troublés est particulièrement lourde d’inconnues ?

D’un côté, l’emprise incontestée de Marine Le Pen sur son Rassemblement national, le niveau et la stabilité de son socle électoral semblent lui garantir, dans l’état actuel de l’opinion et des candidatures déclarées, l’accès à la finale. Il n’en est pas de même pour son vainqueur de 2017 dont le sort se joue en ce moment même sur sa personne, sur son bilan et sur sa capacité à vaincre le plus redoutable des adversaires, ce virus face auquel son gouvernement, sa majorité, et lui-même, empêtrés dans leurs hésitations, leurs contradictions, leurs variations, leurs promesses non tenues, leurs résultats décevants, sont apparus toujours en retard d’une guerre. La stature et les chances d’Emmanuel Macron sont singulièrement fragilisées au moment où il aborde la dernière ligne droite de ce funeste mandat quinquennal, trop long quand le chef de l’Etat n’est pas à la hauteur de ses pouvoirs et de ses responsabilités, trop court pour que son tempo soit différent de celui des législateurs.

Il y a quatre ans, la jeunesse, l’audace, la nouveauté, l’annonce d’une pratique différente de la politique, le rejet des anciens partis, (et le naufrage de François Fillon) étaient autant d’atouts qui avaient permis au séduisant transfuge de la gauche, discrètement soutenu par le grand patronat, d’arriver en tête du premier tour. La sainte horreur du nom de Le Pen, une prestation ratée de sa concurrente, et le ralliement, au nom du front républicain, de douze millions de votants (quarante-deux points gagnés d’un dimanche sur l’autre !) lui avaient permis de triompher avec 66% des suffrages exprimés. Ceux qui avaient voté pour Emmanuel Macron au premier tour, ceux qui avaient voté contre Marine Le Pen au second tour, ont été également déçus. Parvenu à l’Elysée, l’inconnu le plus célèbre de France s’y est révélé un homme sans convictions, en tout cas sans autre conviction qu’un attachement moutonnier à l’Union européenne, sans cohérence, sans boussole et sans scrupules. A la fois autoritaire et inconséquent, volontaire et velléitaire, despotique et solitaire, il n’a pas renouvelé l’art de gouverner, il n’a pas davantage apporté au pouvoir le changement et la « révolution » qu’il s’était imprudemment engagé à mener. Quant à ceux dont l’appoint massif lui avait offert la présidence sur un plateau, aussi ingrat, aussi léger, aussi oublieux que Jacques Chirac quinze ans plus tôt, il avait à peine élu ignoré et désappointé les gogos à qui il devait sa victoire écrasante. Eux s’en souviendront le jour venu et ne reporteront pas sur lui, la prochaine fois, des votes qui ne devaient rien à la sympathie pour sa personne mais tout au rejet de la fille de Jean-Marie.

Aussi bien, avant et au lieu de spéculer sur la répartition des suffrages entre le président sortant et les autres candidats à la magistrature suprême, il y aurait peut-être lieu, au moment où nous sommes et au point où il en est, de se demander si Emmanuel Macron sera en mesure de se représenter ou si, comme son prédécesseur, il ne sera pas conduit par l’évidence des sondages et l’éclatement de sa majorité, hier pléthorique, aujourd’hui divisée, à décliner le dangereux honneur d’être candidat à sa réélection. Ne sont pas seulement en cause dans cette affaire l’affaiblissement et la perte de poids d’un homme qui, comme les grand rôles de l’Opéra, ne cesse de chanter « Marchons ! Marchons ! » sans bouger d’un pouce ni les résultats vraisemblablement désastreux pour lui de ces élections départementales et régionales qui, comme les mirages dans le désert semblent s’éloigner à mesure qu’on s’en rapproche. La vraie question, la question de fond est de savoir si le Cercle de la raison sociale, si le grand lobby médiatique, financier, économique et politique qui a ses entrées à l’Elysée et qui dîne au « Siècle » misera comme en 2017 sur le jeune poulain qui s’est avéré un canasson ou s’il se trouvera un cheval de rechange.

Il est en France, en 2021, un personnage que sa cote de popularité place depuis des mois en tête du palmarès des hommes politiques. Venu de l’ex-UMP en même temps qu’un certain nombre de ralliés, ayant au fil des mois imposé son autorité au groupe parlementaire de la République en marche, bien placé de par son origine partisane et de son séjour de trois ans à Matignon pour faire l’union du centre droit et du centre gauche. Alors que, d’évidence, le parti dit des Républicains n’a pas encore choisi celui de ses représentants qui le mènerait en 2022 à une nouvelle défaite et une nouvelle humiliation, et que les Marcheurs prient tous les jours le ciel qu’un nouveau report le nouveau désastre que leur promettent les prochaines élections locales, Edouard Philippe est le mieux placé aujourd’hui, pour ne pas dire le seul candidat en mesure de prendre avec une chance réelle de l’emporter le relais que lui offriraient une majorité effilochée et une opposition démoralisée. Silencieux et discret, l’ancien Premier ministre qui peut légitimement se flatter d’être le seul représentant de la Macronie à avoir emporté une grande ville aux dernières municipales, n’en est pas moins à l’affût et la publication, dans quelques jours, d’un livre signé de son nom lui permet une opportune rentrée en scène. La correction la plus élémentaire lui a interdit jusqu’à présent de prendre ses distances avec un président qui ne l’a pas particulièrement bien traite. Mais la loyauté a ses limites. Nul ne s’étonnerait ni ne serait en droit de s’offusquer si le maire du Havre rompait le moment venu avec le futur ancien président de la République. Il n’est pas plus condamnable de trahir un traître que de voler un voleur.


Facebook Twitter Google Plus Linkedin email


"La démocratie, c'est le gouvernement du peuple exerçant la souveraineté sans entrave"
Général de Gaulle

"A force de vouloir se passer des Nations, on finira par se passer des peuples"
Philippe de Villiers

"Dire qu'il faut transmettre les valeurs de la République, c'est trop faible : il faut transmettre l'amour de la France."
Jean-Pierre Chevènement

"On commence à parler de populisme lorsque les peuples votent autrement que le souhaiteraient les élites."
Hubert Védrine



Autres citations...



Rejoignez-nous ! Vos adhésions, dons ou actions sont vitales





Contactez-nous



Recevez nos infolettres




Nos partenaires



Découvrez-nous !
"Notre engagement politique plonge ses racines dans notre amour de la France..."




Dernière vidéo sur notre chaîne Youtube


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
twitter facebook youtube



Votre contact local


Planning de l'UNC

Rechercher