UNITE NATIONALE CITOYENNE
Vous êtes ici : Accueil » Libres propos » SI J’ÉTAIS AMÉRICAIN...

SI J’ÉTAIS AMÉRICAIN...


agrandir

Je ne serais certainement pas allé voter Trump, personnage indigne de la fonction et qui est sans aucun doute le principal responsable de sa défaite. Mais je ne serai certainement pas allé voter Biden, pour voir le retour au sommet de l’hypocrisie démocrate : le cœur sur la main en apparence avec #Metoo et la défense tout azimut des minorités, en réalité partisane d’un capitalisme débridé et hors-sol qui a creusé en trente ans une fracture sociale exponentielle aux États-Unis, laquelle a précisément précipité une masse d’électeurs dans le vote Trump.

Si j’étais américain, je conseillerais à mes amis européens et français d’y regarder à deux fois avant de pousser partout un ouf de soulagement. Je leur ferais remarquer que l’écart entre les deux candidats est modeste, que Trump a fait un nombre plus important de voix qu’en 2016, et que les racines de la division des États-Unis en gagnants et perdants de la mondialisation restent entières.

Je leur ferais remarquer que l’évolution des États-Unis annonce toujours quelque chose pour l’Europe et pour la France, et que d’ailleurs c’est déjà bien le cas : les USA ont leurs côtes Est et Ouest qui s’opposent à tout le centre du continent, nous avons nos métropoles heureuses et repeintes en Vert qui s’opposent à la France des villes moyennes et des campagnes, que la même classe dominante qui applaudit Biden envisage maintenant ouvertement de laisser à son sort.

Je leur dirais qu’ils risquent bien de se retrouver avec la même fausse alternative en 2022, et en tant que français je me dis que c’est bien ce qu’il s’agit d’éviter.

François MORVAN


Facebook Twitter Google Plus Linkedin email


"La démocratie, c'est le gouvernement du peuple exerçant la souveraineté sans entrave"
Général de Gaulle

"A force de vouloir se passer des Nations, on finira par se passer des peuples"
Philippe de Villiers

"Dire qu'il faut transmettre les valeurs de la République, c'est trop faible : il faut transmettre l'amour de la France."
Jean-Pierre Chevènement

"On commence à parler de populisme lorsque les peuples votent autrement que le souhaiteraient les élites."
Hubert Védrine



Autres citations...



Rejoignez-nous ! Vos adhésions, dons ou actions sont vitales





Contactez-nous



Recevez nos infolettres




Nos partenaires



Découvrez-nous !
"Notre engagement politique plonge ses racines dans notre amour de la France..."




Dernière vidéo sur notre chaîne Youtube


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
twitter facebook youtube



Votre contact local


Planning de l'UNC

Rechercher