UNITE NATIONALE CITOYENNE
Vous êtes ici : Accueil » Libres propos » Demain l’Afrique

Demain l’Afrique


agrandir

Chacun sait qu’au-delà du contrôle de nos frontières, la meilleure prévention contre une pression migratoire excessive passe par le développement économique de l’Afrique.

Michel Gateau, adhérent UNC de Saint Chamas dans les bouches du Rhône a rédigé un papier à ce sujet. Il nous propose des solutions concrètes qu’il compte défendre dans les grandes instances internationales.

Ceux qui le souhaitent peuvent se joindre à son beau combat.

« Moi monsieur, j’ai fait l’Afrique au temps béni des colonies ! »
Quel bonheur et quelle satisfaction d’avoir pu diriger et manipuler des hommes et des femmes soumis au pouvoir colonial sans possibilité de se rebeller sinon, gare !!!
Ça, c’était avant ! Mais depuis les années 60, le monde a changé, fini les colons, fini les maitres blancs.

Peuple d’Afrique, prends ta destinée en main !

Ils l’ont fait, un grand espoir baignait le continent de bonheur, désormais l’Afrique allait jouer dans le concert des Nations !
Mais les dés étaient pipés.

Les chefs d’états mis en place à cette époque, étaient les instruments des anciens colonisateurs.
Sous le sceau des républiques naissantes beaucoup de dirigeants se sont enrichis.
Ceux qui avaient l’intention de partager avec le peuple, ont vite été éliminés, (paix à toi Lumumba !).

Que reste-t-il de ce continent à la dérive qui aura doublé sa population dans 30 ans ?
Une terre riche où règne la misère, paradoxe me direz-vous ? Insupportable, vous rétorquerai-je.
Oui, insupportable de voir ce continent pillé depuis des années par des multinationales sous l’œil bienveillant de gouvernements corrompus ou trop faibles qui voient leurs forces vives mourir en Méditerranée sur des bateaux improbables à la conquête d’une utopique richesse .

Je serai bref, les longs discours sont inutiles, je propose deux points de départ pour « Demain l’Afrique ».

1er : que les Nations Unies votent une loi interdisant qu’il n’y ai plus un gramme de matière première qui sorte du continent Africain sans avoir bénéficié d’une valeur ajoutée, voire d’une transformation partielle ou même, pour certains, un produit fini.
Réfléchissons, si ce plan se développait, ce serait un nombre incalculable d’emplois aux normes internationales qui seraient créés, donc un enrichissement colossal de la population, et qui dit enrichissement dit client potentiel, donc calcul gagnant/gagnant, pour les Africains qui sortiraient une part importante de leur population d’une misère endémique, ces gens deviendraient des clients potentiels des pays du nord pour des produits de haute technologie (en attendant qu’ils les produisent eux-mêmes).

2ème : Il faudrait installer 2 énormes usines de dessalement d’eau de mer dans le sud Sahel, une en mer rouge, l’autre en océan Atlantique afin d’irriguer le sud Sahara et recréer une bande verte qui permettra une agriculture adaptée au climat et suivant le désir des populations Africaines et non pas celles de puissances internationale de l’agroalimentaire.
Vous savez que le sud Sahara est baigné de lumière qui parfois est destructrice pour la végétation, dans ce cas-ci la lumière nous fournira l’énergie pour alimenter nos usines et toutes les pompes qui relaieront cette eau bienfaitrice.
J’ai vu la misère Africaine tendre la main à leurs compatriotes riches qui les regardaient avec mépris, c’est cela qui m’a révolté et donné l’idée d’un grand mouvement pour sauver l’Afrique d’une exploitation sauvage et permettre aux Africains de gagner enfin leurs vies dignement, même s’ils ne deviennent pas tous riches.

Michel GATEAU
Mai 2016

contact@demainlafrique.org tel : +33623990939

NB – J’ai créé une association Loi 1901, « Demain l’Afrique » – Je vous invite donc à y adhérer, écrivez moi pour les modalités.

PS  : plus nous serons à crier haut et fort qu’il y a des solutions pour éviter un désastre en Afrique dans les 30 prochaines années, plus les pouvoirs publics prendront conscience de la dure réalité.


Facebook Twitter Google Plus Linkedin email